De quoi les Seniors ont-ils besoin pour maintenir leur cerveau actif après 65 ans ? Plusieurs pistes concrètes !

Attractive carefree senior couple smiling in video call with smart phone while having breakfast at home. Senior people relaxed and happy enjoying healthy eating

L’Université du Luxembourg, en collaboration avec ZithaAktiv a mené pendant deux ans un projet de recherche financé principalement par le Fond National de Recherche (référence IF 14769099). Il a eu pour but général de mieux répondre aux attentes et besoins des personnes âgées de 65 ans et plus, et d’augmenter leur motivation à participer à des comportements de promotion de leur santé cognitive. Autrement dit, il s’agissait d’augmenter les conditions qui permettront aux personnes de maintenir leur cerveau en bonne santé après 65 ans. Des activités qui maintiennent  le cerveau « actif » sont les suivantes : par exemple, faire des mots croisés, lire de nouveaux livres, apprendre une nouvelle langue, apprendre à jouer d’un nouvel instrument de musique, discuter de sujets d’actualité avec sa famille et ses amis, utiliser les ordinateurs et autres nouvelles technologies, participer aux activités proposées dans des services dédiés aux Seniors, participer à des activités culturelles et/ou intellectuelles (musées, lifelong learning, etc.).

 

Le projet de recherche a été conduit en deux temps. Premièrement, des interviews ont été menées et ont fourni un aperçu complet des facilitateurs et des obstacles perçus par les personnes âgées de 65 ans et plus pour participer à des comportements de promotion de leur santé cognitive. Deuxièmement, une enquête par questionnaires a permis d’identifier des pistes d’interventions pour augmenter la participation des personnes à des comportements de maintien de leur cerveau « actif » après 65 ans. Le projet s’est conclu par l’élaboration de recommandations à visée pratique. Ces recommandations seront utiles au personnel exerçant en cadre institutionnel (par exemple, au Centre de la Mémoire et de la Mobilité, ZithaAktiv). Elles seront également applicables directement à domicile, pour les personnes âgées. Elles se destinent enfin plus largement au pouvoir politique.

 

Pour maintenir leur cerveau en bonne santé et « actif » après 65 ans, les personnes ont besoin :

  • d’indications afin d’améliorer leur savoir-faire, compétences et sentiment d’auto-efficacité ;
  • d’un entraînement, au travers d’activités qui leurs sont adaptées (par exemple, activités par niveaux) et qu’elles peuvent reproduire ;
  • d’un soutien à la fois émotionnel et pratique de la part de leur cercle familial et amical proche ;
  • d’aménagements sur le plan sociétal et territorial pour faciliter le partage intergénérationnel d’une part, et pour développer les offres spécifiquement axées sur le maintien d’un cerveau « actif » dans des zones non desservies au Luxembourg ;
  • de renforcer leur motivation, par exemple : en les aidant à se fixer des buts, en élaborant un plan d’action organisé et concret, en disposant d’alternatives comportementales lorsque certaines activités ne sont pas possibles.

 

Le projet a proposé des développements clairs et pour la plupart pouvant être appliqués facilement et immédiatement au Luxembourg. Ce travail contribue activement aux actuelles et futures améliorations de terrain dans le domaine de la promotion de la santé cognitive.

 

Mathilde BARBIER, PhD