Les seniors ont tout à gagner à faire de l’exercice

Portrait of happy senior woman practicing yoga outdoor with fitness class. Beautiful mature woman stretching her arms and looking at camera. Portrait of smiling ladywith outstretched arms at park.

Jusqu’à présent, les études visant à évaluer l’efficacité de l’exercice physique pour lutter contre les pathologies cardio-vasculaires concluaient que son bénéfice diminuait avec l’âge. Mais les derniers travaux indiquent le contraire : il n’y a pas de limite d’âge aux bénéfices que procure l’activité physique.

 

On sait que la sédentarité et le manque d’activité physique augmentent le risque de survenue de maladie cardio-vasculaire. Or avec l’âge, les capacités physiques se dégradent, ce qui diminue notre propension à l’exercice. Et moins nous nous dépensons, plus notre forme physique se délabre. Un cercle vicieux s’enclenche, qui peut s’aggraver si l’on est victime d’une maladie cardio-vasculaire amoindrissant encore notre état physique.

 

Jusqu’ici, les études visant à évaluer l’efficacité de l’exercice physique pour lutter contre ces pathologies concluaient que son bénéfice diminue avec l’âge. Cependant, ces travaux présentent deux limites majeures. Tout d’abord, ils ne font pas de distinction d’âge au-delà de la limite de 60 ans. Ensuite, aucune analyse conjointe sur les bénéfices physiques et psychologiques des programmes de réhabilitation n’a jamais été effectuée.

 

Une équipe de chercheurs de la clinique Les Rosiers de Dijon a constaté des résultats sans appel : dans leur étude comprenant des jeunes et des seniors, tous les patients ont amélioré leur condition physique et la quasi-totalité d’entre eux se sont renforcés psychologiquement. En outre, les progrès les plus importants ont été accomplis par les patients dont la condition physique initiale était la plus mauvaise.

 

Les patients de moins de 65 ans en souffrance psychologique avant le programme sont ceux qui ont tiré le plus de bénéfices de ces deux mois de réhabilitation par l’exercice. Même constat chez les patients dont l’âge était compris entre 65 et 80 ans. Seuls les patients de plus de 80 ans ne montrent pas de lien entre facteurs psychologiques et amélioration des performances physiques.

 

Redonner de la vie aux jours

 

Envisagée initialement pour répondre à un manque de données sur l’efficacité de la réhabilitation cardiaque chez les personnes les plus âgées, cette étude souligne l’importance de l’exercice à tout âge.

 

En Europe, les places sont peu nombreuses dans les programmes de réhabilitation et les prescriptions échoient plus souvent aux patients les plus jeunes. Cela n’empêche en rien d’insister sur l’importance de l’activité physique, y compris pour les patients les plus âgés, et d’inciter les médecins à conseiller à ces derniers à s’adonner le plus régulièrement possible à des exercices d’endurance.

 

Ces recommandations sont particulièrement importantes non seulement pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires, mais aussi parce que les suivre permet d’accroître l’indépendance et l’autonomie des personnes âgées, tout en leur offrant une meilleure qualité de vie. Pour paraphraser le professeur Jean Bernard, il ne s’agit pas seulement d’ajouter des jours à la vie, mais de redonner de la vie aux jours…

 

Dr Carine FEDERSPIEL, médecin gériatre

 

Référence : Gaëlle DELEY, chercheur à l’unité INSERM 1093, CAPS de Dijon